Psychothérapie CC et ACP


La psychothérapie Cognitive Comportementale et l’Approche Centrée sur la Personne

Psychotherapie Cabinet thérapies Montélimar

Je suis certifiée Praticienne supérieure en Psychotherapie Centrée sur la Personne (école EFDS). Mais aussi Praticienne psychothérapeute en Thérapies Cognitives Comportementales (TCC) (école Spiri’Vie), je saurai vous aider à trouver les ressources en vous pour atteindre vos objectifs et/ou reprendre votre vie sur des bases saines après des difficultés de tous ordres.

Formée aux techniques complémentaires et méthodologies thérapeutiques les plus efficaces reconnues scientifiquement et humainement, je suis également une Humaniste convaincue. Ainsi, chaque être est unique et chaque expérience de vie également. La science et les avancées scientifiques en termes de thérapies et de recherche psychothérapeutique doivent permettre de rendre tout accompagnement plus efficace.

La thérapie doit donc s’adapter à la singularité de la personne consultante et à ses souhaits et besoins. Le thérapeute doit être totalement accueillant des visions et représentations de vie et du monde de son client. Il doit alors construire une Alliance thérapeutique dans le respect et la relation humaine.


Psychotherapie et Approche Centrée sur la Personne :

“L’Approche Centrée sur la Personne s’appuie sur l’instinct d’accomplissement – la tendance à l’actualisation – que possède tout organisme vivant et qui fait qu’il tend à croître et à réaliser tout son potentiel. C’est un élan vital qui conduit l’homme vers un développement plus complexe et plus complet. L’ACP se donne pour but de libérer cet élan vital. […]

La relation d’aide psychologique est une relation dans laquelle la chaleur de l’acceptation et l’absence de toute contrainte ou de toute pression personnelle de la part de l’aidant permet à la personne aidée d’exprimer au maximum ses sentiments, ses attitudes et ses problèmes. La relation est une relation bien structurée, avec ses limites de temps, de dépendance, d’action agressive qui s’appliquent particulièrement au client, et ses limites de responsabilité et d’affection que le conseiller s’impose à lui-même.

Dans cette expérience unique de liberté émotionnelle complète dans un cadre bien défini, le client est libre de reconnaître et de comprendre ses impulsions et ses structures, qu’elles soient positives ou négatives, mieux que dans aucune autre relation. Cette relation thérapeutique est distincte de la plupart des relations autoritaires de la vie quotidienne, et incompatible avec elle». Carl Rogers 

Philosophie et psychotherapie :

L’Approche centrée sur la personne (ou ACP) est une méthode de psychothérapie et de la relation d’aide. Elle a été créée par le psychologue nord-américain Carl Rogers. D’abord connue sous le terme d’orientation non directive, Rogers l’a ensuite baptisée Psychothérapie centrée sur le client. Puis elle a été appelée Approche centrée sur la personne (ACP).

Au-delà d’une technique thérapeutique, l’ACP est une philosophie (une manière d’être et de percevoir le monde). Elle s’appuie sur la tendance naturelle de tout être humain à se réaliser en tant que personne.

Certains clients qui arrivent en psychothérapie ont eu une vie tellement difficile, pleine d’obstacles et de blessures. Leur vie peut paraître comme une litanie de souffrances. Pourtant, elles sont là, en thérapie, elles ont franchi le pas pour rechercher de l’aide. Elles luttent pour avancer, pour tenter de se réaliser dans leur existence.

De nombreux obstacles se présentent sur notre chemin tout au long de notre vie. Ils doivent pouvoir trouver une expression et un accompagnement adapté et singulier.

C’est la tâche de l’écoutant ou du psychopraticien rogérien que d’offrir à son client ce climat facilitateur.

Attitudes :

Il est constitué de trois attitudes en plus d’une écoute active et bienveillante :

La compréhension empathique

Il s’agit de la capacité à entrer dans le monde de l’autre. Et ceci comme s’il s’agissait du sien propre afin de le comprendre.

La congruence

Ou authenticité. C’est la cohérence entre l’expérience, la conscience de soi et ce qui est exprimé.

La considération positive inconditionnelle

C’est le fait de porter sur autrui un regard positif et respectueux, sans jugement. Il doit être fondé sur la confiance dans son autoréalisation.

Chaque école a sa propre définition de la psychothérapie qui dépend de son épistémologie. Pour l’ACP, la psychothérapie est une démarche qui permet d’alléger la souffrance psychique. Ceci en traitant les troubles et les conflits intérieurs. Elle est aussi un accompagnement psychologique de la personne dans son évolution vers plus de conscience de soi, de croissance. Elle permet d’actualiser son potentiel comme être humain. De ce fait, l’ACP favorise et facilite le processus de croissance à travers une relation constructive et significative entre le praticien et son client.

C’est ainsi que l’ACP est l’école la plus représentative du grand courant de la psychologie humaniste. Celle-ci est appelée aussi la Troisième force aux côtés de la psychanalyse et du comportementalisme.

La troisième force :

Les idées de Carl Rogers ont grandement influencé l’immense champ de la relation d’aide et des métiers d’accompagnement. Ceci dans le domaine de la santé, l’éducation, la pédagogie, la médiation, la psychologie sociale. Mais aussi bien sûr la psychothérapie moderne y-compris dans ses apports cognitivo-comportementaux (Thérapie CC). Ainsi, cette philosophie humaniste va bien au-delà de l’aide psychothérapeutique.

« L’individu a en lui de vastes ressources qui lui permettent de se comprendre lui-même, de modifier la représentation qu’il a de lui-même et partant, ses attitudes et le comportement qu’il se dicte à lui-même. Cependant, ces ressources ne sont accessibles que si l’on peut offrir un certain climat définissable fait d’attitudes psychologiques facilitatrices” Carl Rogers.

À travers le processus de la psychothérapie, la personne acquiert une plus grande conscience d’elle-même. Elle augmente donc sa liberté de choix. Ceci car elle est de moins en moins encombrée par les contraintes conscientes et inconscientes inadaptées ou envahissantes. En même temps, elle est de plus en plus consciente de ses émotions et sentiments, de ses pensées, de ses besoins et de ses réactions physiologiques (douleur d’estomac, gorge nouée, tremblement des jambes, etc.)

L’Approche centrée sur la personne se situe dans un paradigme respectueux de la personne. Elle considère que c’est la personne elle-même, son organisme dans son entier plus exactement (psychique, mental, physique, émotionnel), qui sait ce qu’elle doit explorer, ce qui demande à être amené à la conscience et être travaillé ou modifié, avec une aide non intrusive et un accompagnement empathique efficace.


Psychotherapie et Thérapies cognitivo-comportementales :

Les apports des thérapies cognitives comportementales (TCC) permettent de rendre l’accompagnement très efficace. En s’appuyant sur la recherche et sur les neurosciences, ainsi que sur toutes les connaissances acquises via les autres types de psychothérapies, ainsi que la prise en compte de méthodologies de pleine conscience, l’acceptation psychologique, l’aspect émotionnel et des ressources innombrables de philosophie orientale et de méditation bouddhiste, elles sont actées par des appuis et vérifications scientifiques.

C’est ainsi la réunion de la science avec les traditions millénaires, de la sagesse et des découvertes empiriques, étudiées et validées scientifiquement. Le consultant est alors pleinement acteur de ses projets, de ses choix et de ses actions.

Il est possible en France de mesurer les “niveaux de preuves” des différentes études comparatives entre les différents courants de thérapies, grâce aux graduations (de A “preuve scientifique établie” à C “faible niveau de preuve”) mises en place par l’ANAES (Agence Nationale d’Accréditation et d’Evaluation en Santé) : la thérapie psychanalytique, les thérapies de couple et familiales (humanistes) et les TCC.

L’une de ces études publiée en 2004 par l’INSERM fait le constat suivant (déjà réalisé auparavant dans d’autres études et revalidé ensuite) : la thérapie psychanalytique obtient un seul grade A, les thérapies familiales et de couple obtiennent 5 grades A, et les TCC 14 grades A sur 14 troubles différents dont les phobies, les troubles panique et de l’anxiété, le stress post-traumatique, les TOC, les dépressions, la schizophrénie sous neuroleptique, les dépendances, les troubles borderline, les troubles alimentaires …

Cognition et comportements :

Les TCC interviennent directement sur les cognitions (pensées, images, croyances-dans le respect, souvenirs) afin de favoriser l’ouverture à de nouveaux schémas de comportement en prenant en compte les aspects émotionnels. Voir la page dédiée.

Cette approche psychothérapeutique est totalement compatible avec d’autres outils, approches et méthodes qui la complètent et peuvent être utiles pour faciliter ou aider la personne consultante : hypnose thérapeutique clinique cognitivo-comportementale, NMO EMDR+ particulièrement dans les cas de stress post-traumatiques, psycho-traumas, dépendances ou addictions, EFT, relaxologie, PNL. Ainsi, le programme ou protocole proposé au consultant est totalement adapté à sa situation, son vécu, sa personne, ses souhaits, ses besoins. Le client reste maître de ce programme et de sa réadaptation à tout moment. Une psychothérapie ne remplace en rien un traitement ou un suivi médical entamé, mais le complète le cas échéant ou vient en prévention de difficultés.

N’hésitez pas à prendre rendez-vous